Musique et performance sportive

Nouvel invité du blog FM Strength, Benjamin Galy nous présente son étude sur la relation entre musique et performance sportive. C’est un sujet auquel j’ai tout de suite accroché, premièrement car j’ai souvent pu ressentir une plus grande motivation et une meilleure concentration grâce à la musique avant mes matches ou pendant mes entraînements à la salle, et deuxièmement car j ‘attache une importance capitale à l’ambiance des séances d’entraînement de mes athlètes, où la musique joue un rôle de catalyseur si elle est utilisée à bon escient.

Musique et Performance Sportive

par Benjamin Galy

Lorsque nous regardons les rencontres sportives à la télévision, que ce soit en sport collectif ou individuel, nous constatons un phénomène grandissant dans l’écoute de la musique sur les périodes pré compétitives, voire même pendant l’entraînement.

La première étude réalisée n’est pas toute jeune. En 1911, Ayres a constaté que des cyclistes, dans une course de six jours qui s’est tenue à New York City, pédalaient plus vite, et donc plus loin, avec la présence d’un orchestre. L’une des critiques, plus tard appliquée à cette étude, a été que le bruit de la foule n’était pas contrôlé, d’où la meilleure performance à vélo. L’effet de la musique sur la performance aurait donc été constaté il y a une centaine d’années. Son intérêt ne cesse de prendre de l’ampleur dans le monde du sport à tel point qu’elle fait partie intégrante du sportif de haut niveau ou du sportif lambda dans une salle de remise en forme. C’est pour cela que les études se multiplient pour essayer d’en comprendre les impacts.

Effets psychologiques de la musique

Selon John Sloboda (1992), la musique sert à intensifier ou à libérer des émotions déjà présentes chez l’auditeur. Ce dernier percevant certaines parties de la musique plus émotionnellement chargées que d’autres, d’où la conclusion que chaque morceau de musique possèderait un «gradient émotionnel» pour l’auditeur.

Szmedra et Bacharach (1998) ont proposé que les états psychologiques évoqués par la musique pendant l’exercice, tel que la réduction de l’anxiété, peuvent contribuer à la vasodilatation. Par conséquent, les effets psychologiques de la musique pendant l’exercice peuvent influer sur les indices physiologiques et, par conséquent, sur la performance. La musique contribuerait au plaisir de s’entraîner, ce qui pourrait améliorer l’investissement général pendant la tâche. De même, les états d’humeurs positives évoqués par la musique entraîneraient une augmentation de l’adhésion à l’exercice (Karageorghis, 1998).

La musique pourrait être une alternative à la monotonie dans les exercices. Elle aurait aussi un impact sur la perception du temps qui se verrait diminuée, entraînant un meilleur rendement. Bruner (1990), nous explique que suivant les BPM (Battements Par Minute), la musique est interprétée de différentes manières : les émotions que dégage la musique sont perçues différemment suivant les personnes car elle est plus ou moins chargée émotionnellement. Cet aspect est différent d’une personne à l’autre car les émotions qui lui sont attribuées sont spécifiques à chaque individu. Les sportifs sont sujets à des variations d’humeur que la musique va contribuer à réguler, ce qui sera bénéfique pour leur performance.

Je vous demande maintenant de visionner ce lien :


Qu’avez-vous ressenti pendant le visionnage de cette vidéo ?

  • Avez-vous eu le rythme cardiaque qui s’est accéléré ?
  • Avez-vous eu des frissons ou bien les poils qui se sont hérissés ?
  • Est-ce que la vidéo vous a absorbé ? Vous a fait rêver ?
  • Elle vous a fait ressentir des émotions ? Des souvenirs ?

Nous avons pu constater précédemment que la musique avait un certain effet sur votre état psychologique. Maintenant j’ai rajouté en plus de la musique, des images. Karageorgis et Lee (2001) ont comparé les effets de la musique sur l’endurance isométrique. La combinaison de la musique et des images a abouti à une plus grande endurance isométrique.

 Je souhaite vous faire part d’une petite expérience personnelle et sur certains de mes sportifs. Filmez vous pendant vos séances de musculation ou dans vos pratiques sportives, trouvez une musique qui vous fait ressentir des émotions puis faites-en un petit film. Lors d’une compétition, juste avant ou pendant l’échauffement, visionnez cette vidéo. Le but de cette expérience sera de vous mettre dans une sorte de bulle où votre estime de soi sera au plus haut, vous serez donc en pleine confiance et bien concentré sur vos objectifs.

Effets physiologiques de la musique

La Réponse Galvanique de la peau, en anglais Galvanic Skin Reponse (GSR), est une mesure de la conductivité électrique de la peau qui peut être utilisée comme réponse physiologique. La conductivité réduite est révélatrice d’une plus grande excitation. Il a été démontré que la musique de stimulation peut provoquer une réduction de la GSR, tandis que la musique sédative (qui tranquillise) exerce l’effet inverse (Zimny & Weidenfeller, 1963).

La fréquence cardiaque peut aussi être utilisée comme outil de mesure. Ellis & Brighouse (1952) ont pu faire état d’une augmentation de la FC en réponse à l’écoute de différents types de musique.

Effets sur la performance anaérobie

Pujol et Langenfeld (1999) ont constaté que la musique rapide (120 bpm) n’affecte pas la performance dans le test de Wingate. Dans leur expérience, la musique coïncidait avec le début du test. Au contraire, les chercheurs qui ont trouvé que la musique améliorait la performance anaérobie (Karageorghis & al 1996 ; Papa 1990), ont présenté leurs conditions de musique avant l’essai. On peut donc conclure que la musique de stimulation améliore les performances si elle est utilisée en psyching-up (action de se préparer psychologiquement à exécuter une action), car il est clair que les effets sont les plus prononcés lorsque la musique pré-test est utilisée !

Effets sur la performance aérobie

Szmedra et Bacharach (1998) ont demandé à 10 participants de sexe masculin de courir 15 min à 70% de la VO2max sur un tapis roulant, soit en écoutant de la musique classique populaire, soit sans ambiance musicale. En dépit de l’équivalence du rythme de travail, les ressources des participants, la pression artérielle systolique et la lactatémie les plus faibles ont été trouvées chez les sujets en condition de musique. Toutefois, certains scientifiques s’accordent à dire que la musique n’a aucun effet sur les sportifs de haut niveau dans les disciplines aérobies (d’endurance) car ils sont entraînés à surmonter la perception de la douleur.

L’utilisation de la musique dans le contexte du sport de compétition

Karageorghis et al. (1999) proposent que l’un des deux principaux résultats de la musique de motivation, dans le contexte du sport et de l’exercice, est une routine pré-évènement. Les différentes fonctions de la musique par rapport aux routines de préparation des athlètes ont été détaillées par Gluch (1993), qui a constaté que la musique améliorait la confiance en soi et donnait des sentiments accordés de «pouvoir» dans le cadre de routines pré-concurrentielles.

Conclusion

Cet article n’a pas pour but de faire l’apologie de la musique mais plutôt de vous faire partager certains questionnements, expériences personnelles, professionnelles. Dans la revue de littérature que j’ai pu faire, vous pourrez toujours trouver une expérience vous prouvant le contraire, c’est pour cela que la préparation physique est si passionnante.

Il n’y a aucune vérité, et c’est à vous de tester ce qui peut vous faire aller plus vite, plus haut, plus fort…

Benjamin Galy pour FM Strength – 11/03/2013

Bibliographie

SLOBODA, 1993 – Musical ability

SZEMDRA & BACHARACH, 1998 – Effect of music on perceived exertion, plasma lactate, norepinephrine and cardiovascular hemodynamics during treadmill running

ELLIS & BRIGHOUSE, 1952 – Effects of music on respiration and heart-rate

PUJOL & LANGENFELD, 1999 – Influence of music on Wingate anaerobic Test Performance

ZIMNY & WEIDENFELLER, 1963 – Effects of music upon GSR and heart rate

KARAGEORGHIS, 1996 – Effects of pretest stimulative and sedative music on grip strength

KARAGEORGHIS, 2001 – A grounded theory of young tennis players use of music to manipulate emotional state

GLUCH, 1993 – The use of music in preparing for sport performance

Publicités

One thought on “Musique et performance sportive

  1. Très bon article mettant le doigt sur le contenu mental et le contenant physique prouvant leur importance et qu’ils méritent chacun un travail régulier. Malheureusement le contenu mental est trop peu stimulé à l’entraînement et souvent trop en avant match ou en près compétition (le jour avant le match ou les heures avant) dans certains sports et même dans la vie de tous les jours cela peut créer une hyper émotivité pouvant influencer certains sportifs, créant l’effet inverse souhaité . Il y a une réel demi mesure à avoir pour prétendre être efficace en compétition car chacun est différent n’oublions pas qu’ avant d’être un sportif dans un groupe il y a la perception personnel qui se travail,pour ne pas être dans la désillusion donc attention aux méthodes à l’américaine, ne pas passer d’un extrême à l’autre même ci la vidéo peut dévoiler diverses émotions. Attention aux dangers de la motivation à l’américaine basée sur le ledear ship et méprisant le looser . Une bonne motivation doit le moins possible faire appel à votre hyper émotivité, comme pourrait le faire une bonne pub recherchant la réponse compulsive, attention danger ci l’on y est pas préparé . Merci pour l’article qui nous sort du cartésianisme de beaucoup d’études visant la performance sportive sur le seul angle physique.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s